Retour ACADÉMIE du Chien +ZEN Icone rubrique L'academie

Des informations pratiques, sur une multitude de sujets liés à la vie du chien avec vous. Un classement facile par mot clé et par ordre alphabétique !

DICTIONNAIRE   cliquez sur une des lettres du clavier

O

Obésité

Un chien est considéré comme obèse s’il pèse 20% de plus que son poids idéal en fonction de son âge et de sa race. L’obésité du chien est la conséquence d’un excès d’énergie apportée par la nourriture, par rapport à l’énergie dépensée par l’animal. On peut identifier différentes causes à cette prise de poids : des causes sans rapport avec l'alimentation, et bien sûr des causes liées à ce que le chien mange. Les causes non alimentaires de l’obésité sont tout ce qui fait baisser les besoins énergétiques de l’animal : une baisse d'activité ou de manière générale, le manque d'exercice, la stérilisation ou l'âge (les besoins en calories diminuent quand le chien vieillit). Attention, l'obésité peut être due à une maladie hormonale (diabète, hypothyroïdie), un trouble anxieux, ainsi qu’à certains médicaments qui peuvent favoriser l'appétit et donc la prise de poids du chien (anti-épileptiques, corticoïdes). Les causes alimentaires de l’obésité sont tout ce qui fait que le chien consomme trop de calories : la nourriture à volonté ou une alimentation non équilibrée. On n’y pense pas forcément, mais les friandises, souvent très riches en graisses ou en sucres constituent une cause d'obésité. Un biscuit donné à un chien de 10kg vaut un hamburger pour nous !

En conclusion, l’obésité résulte d’une mauvaise alimentation ou d’un excès de celle-ci, d’une maladie, ou bien d’un manque d’exercice, chose commune en milieu urbain.

Odorat

Avec une moyenne de 200 millions de cellules olfactives (à comparer avec les 5 millions chez l’homme) et surtout un temps de perception d’une demie seconde, le chien est un champion de l’olfaction. Environ 7% du courant aérien parvient à sa muqueuse olfactive. Mais le chien a un atout supplémentaire avec son reniflement. Normalement le débit d’air est de 100ml par seconde, représentant un courant de 3 à 4 km/heure. En reniflant le débit monte à 1 litre par seconde ce qui équivaut à une vitesse de passage de 36 à 40 km/heure !

Les chiens ont donc un odorat un million de fois plus sensible que l’homme. Ils parviennent à percevoir des odeurs que nous ne soupçonnons pas : cycles ovariens, différences entre vrais et faux jumeaux… Récemment on a parlé d’un chien qui, aux Etats Unis, parvient à détecter la présence d’un cancer.

Mais sur certaines odeurs comme les parfums de fleurs, qui n’ont pratiquement aucun intérêt pour le chien, ce dernier est à peine plus performant que nous.

Il faut noter que la femelle est plus sensible que le mâle aux odeurs surtout en période de chaleurs.

Os

Sur le plan nutritionnel, l’os est une source de calcium et de phosphore, mais les aliments actuellement sur le marché sont bien équilibrés et en contiennent aussi.

Si vous souhaitez malgré tout donner un os à votre chien, choisissez les gros os de bœuf ou de veau qui sont moins cassants. En effet les os de lapin, poulet, porc,mouton sont plus petits et plus friables. Ils peuvent occasionner des blessures, voire des occlusions intestinales en cas d’ingestion d’un morceau d’os un peu trop gros pour être digéré.

Attention à la moelle des os, vrai régal pour l’animal mais très gras et donc difficile à digérer.

Sur le plan nutritionnel, peu importe que l’os soit cru ou cuit. En effet ce serait important pour la viande qu’elle soit cuite car mieux assimilable, mais à priori l’os que vous lui donnez est largement dépourvu de viande !

En revanche vous pouvez ébouillanter l’os dans de l’eau pour le rendre plus propre pour votre intérieur ! Et ne le laissez pas trop longtemps à disposition du chien pour éviter les infections bactériennes.

Des alternatives existent aujourd’hui sur le marché avec des produits en peau de bœuf séchée par exemple, des snacks en lamelles… Leurs qualités sont réelles par exemple pour l’hygiène bucco-dentaire. Attention toutefois à privilégier des produits peu caloriques.

Ouïe

L’audition du chien est très développée (2,5 fois plus que son maître) ce qui lui permet de percevoir des sons de l’ordre de 5 décibels et d’en capter de 47 000 Hz. A titre de comparaison : l’homme 20 000Hz, le chat 35 000Hz et le dauphin et la chauve-souris 200 000Hz.