Retour ACADÉMIE du Chien +ZEN Icone rubrique L'academie

Des informations pratiques, sur une multitude de sujets liés à la vie du chien avec vous. Un classement facile par mot clé et par ordre alphabétique !

DICTIONNAIRE   cliquez sur une des lettres du clavier

S

Sécurité

On ne peut confier la charge de « garder » un enfant à un chien. Tout chien (quelle que soit sa race) peut potentiellement représenter un danger, qui peut parfaitement être évité. Rappelons que les morsures d'enfants par des chiens représentent 2 % des accidents domestiques. C’est à la fois peu mais hélas toujours trop, et cela se passe souvent tout simplement avec le chien de la famille !

En conséquence, veillez à ne jamais laisser un (ou plusieurs) enfant(s) seul(s) avec un (ou plusieurs) chien(s), même très sociable(s). Par maladresse, l’enfant peut faire mal ou faire peur au chien le plus placide et entrainer une très vive réaction défensive.

Pour sécuriser les relations au quotidien, un chien n’ayant pas à supporter les enfants, sensibilisez vos enfants contre les cris, combats, courses et poursuites en présence du chien surtout quand il se repose ou qu’il mange. Idem pour les câlins et bisous trop fréquents, pouvant être vécus comme des contraintes par l’animal.

Très tôt, enseignez à votre enfant :

  • que l’on ne va jamais déranger un chien qui mange ou qui se repose dans son panier (aussi bien chez soi que chez la famille et les amis).
  • qu’un chien attaché chez soi, chez des amis ou devant une boutique ne doit pas être approché pour le caresser.
  • et pour les chiens rencontrés en balade (tenus en laisse ou non), on conseillera à l’enfant de ne jamais aller leur faire une caresse sans avoir demandé d’abord à ses maîtres.

Sevrage

Le sevrage intervient autour de l’âge de 6 semaines. Cependant les éleveurs ne permettent pas que les chiots soient retirés à leur mère avant 8 semaines.

Question alimentation, le lait maternel est le premier aliment idéal dans la mesure où il est naturellement riche en substances nutritives essentielles. Bien que les chiots soient prêts pour le sevrage entre six et huit semaines, la plupart d’entre eux commenceront à s’intéresser aux aliments solides dès l’âge de trois à quatre semaines – généralement en se servant dans la gamelle de leur mère et en léchant la nourriture sur leurs pattes !

Le sevrage est le meilleur moment pour proposer au chiot une formule alimentaire. Si vous optez pour des aliments secs, vous devez les mouiller légèrement et les écraser. Pour les chiots moins audacieux, vous pouvez déposer un peu de nourriture sur leurs lèvres pour les encourager à goûter. Ne soyez pas tenté de les sevrer trop vite. Passer exclusivement à des aliments solides risquerait d’endommager leur jeune estomac. Il existe des aliments spécifiques pour le sevrage Si vous leur donnez des aliments secs, réduisez progressivement la quantité d’eau jusqu’à l’âge de huit à dix semaines.

Avant le sevrage, la chienne participe aussi activement à l’éducation de ses chiots : obéissance, socialisation avec les frères et sœurs, contrôle des pulsions, des morsures… Un chien aura d’autant plus de chances d’être équilibré et doté d’un comportement agréable, qu’il aura vécu avec sa mère jusqu’à son sevrage complet à l’âge de 3 mois.

Socialiser

Les sorties avec votre chien, sont l’occasion de l’éduquer à la marche avec une laisse et de le socialiser. Pendant les 8 premières semaines de sa vie de chiot (âge légal minimum de vente), l’éleveur doit le mettre dans les conditions les plus stimulantes possibles. L’animal est alors dans les dispositions les plus favorables pour s’adaptater aux choses, êtres vivants et situations.

Une fois dans votre foyer vous devez poursuivre cette sensibilisation et lui faire vivre des expériences multiples, mais sans être extrêmes. Sorties dans les rues, en forêt, en voiture, rencontres avec d’autres personnes, avec d’autres animaux… tout doit être prétexte à l’habituer à tout en particulier aux bruits!

Après la 12ème semaine, le chiot sort de la période de forte attraction sociale et sa socialisation devient plus laborieuse.

Les premières sorties en ville se feront dans des rues peu passantes. Les premières rencontres avec d’autres animaux doivent se faire dans des endroits calmes sans bruits ou événements perturbants.

Restez toujours vigilants et profitez de ces sorties pour habituer votre chiot à obéir aux ordres simples comme le rappel. En effet, dès que vous pourrez le libérer de sa laisse dans les lieux autorisés, ses rencontres avec d’autres chiens se dérouleront plus naturellement.

Solitude

La plupart des chiens peuvent rester seuls et cela se passe bien. Certains, plus anxieux ne supportent pas la solitude et s’expriment par des gémissements, aboiements, hurlements, de la malpropreté ou des destructions. Pour éviter ces désagréments, votre absence doit être banalisée.

Pour aider votre compagnon, il convient de commencer par des absences très courtes (10 minutes) et d’en augmenter la durée très progressivement, si le chien se comporte bien.

A chacun de vos départs, que vous vous absentiez pour 5 mn ou pour quelques heures, comportez-vous toujours de la même manière, en évitant les interactions dans les 5 minutes qui précèdent votre départ et en lui laissant des friandises qu’il adore, en vrac, ou dans un jouet creux.

Cela lui permettra de s’occuper et de considérer vos départs d’une façon moins négative.

Si cela ne suffit pas, consultez votre vétérinaire.

Sport

Comme pour nous, l’activité physique est indispensable au bien-être des chiens puisqu’elle leur procure plaisir, santé et équilibre. Le sport est idéal non seulement pour maintenir votre chien en forme, mais aussi pour lui permettre de lutter contre les kilos en trop, à condition, de contrôler son apport calorique. En effet, à moins que vous ne couriez quotidiennement un semi-marathon avec votre petit compagnon, il n’est pas nécessaire d’augmenter sa ration sous prétexte qu’il a fait du sport ! Vous lui en feriez perdre tout le bénéfice. Notons également qu’il est plus rare de constater des problèmes de comportement chez les chiens sportifs. Effectivement, un animal qui s’est bien dépensé aura moins tendance à détruire son environnement, ou encore à aboyer toute la journée en votre absence ; il préfèrera sans aucun doute se reposer ! Et faire du sport avec son chien est un merveilleux moyen de partager un moment unique avec lui tout en renforçant le lien et la complicité qui vous unissent. Les sports possibles sont nombreux : simple ballade, jeux en extérieur, agility, cani-cross, frisbee…

Stérilisation

Les femelles. Les raisons de stériliser sont multiples, à la fois comportementales et médicales : pour ce qui est du comportement, cela permet d’avoir des chiennes un peu plus calmes, moins dominantes, et stables tout au long de l’année. Cela évite aussi toutes les manifestations pénibles des chaleurs : pertes sanguines (et donc port de culottes), attrait des mâles, ... Pour ce qui est de la santé, le retrait précoce des ovaires, et donc la disparition des hormones sexuelles, permet d’éviter plusieurs soucis majeurs liés à ces hormones : Les lactations de pseudo-gestation (« grossesses nerveuses »). Les métrites, métrorragies, et pyomètres  (infections et inflammation de l’utérus), pour lesquels les antibiotiques ne suffisent pas, et dont le traitement repose sur des interventions lourdes, avec hospitalisation … Les tumeurs mammaires hormono-dépendantes, qui représentent 80 % des tumeurs du tissu mammaire.

Les mâles. Tout comme pour les femelles, il y a des raisons comportementales et des raisons de santé, mais ici, ce sont les raisons comportementales qui prédominent : Le chien est un animal qui vit sur un mode hiérarchique, c’est-à-dire qu’il ne comprend que la relation dominant/dominé. Environ 80% des mâles sont dominants naturellement, leur désir principal étant de devenir chef de meute de manière à … avoir accès aux femelles !!! Comprenant cela, on a tout intérêt à castrer précocement pour supprimer l’action des hormones mâles. Les chiens seront moins dominants, moins agressifs, et donc plus faciles à éduquer ! Ils auront aussi moins tendance à marquer le territoire en levant la patte, ce qui améliore la propreté à la maison. Enfin, ils seront beaucoup moins fugueurs, et beaucoup plus sociables avec les autres chiens ! Pour ce qui est des raisons de santé, la stérilisation précoce évite les problèmes de prostate (Hyperplasie Bénigne de la Prostate, prostatites, tumeurs prostatiques). Elle évite également l’apparition de 80% des tumeurs testiculaires.

Stress

Le chien, comme beaucoup d’animaux domestiques sont en général peu favorables aux changements, aux ambiances instables… : un voyage, un nouvel arrivant dans le foyer, des fêtes avec du bruit, des mouvements, des pétards… En plus dans ces cas là, nous agissons nous-mêmes différemment, sommes parfois plus inquiets ou survoltés, et nos animaux le ressentent !     

Ce stress, cette tension, vont se traduire chez le chien par de l’agitation, des gémissements, et il aura du mal à tenir en place.

Un transport en lui-même (avion, train, voiture, …) est très souvent source de stress pour l’animal … et le maître ! Cela se traduit par des halètements et aboiements, l’émission de selles et d’urines, et parfois, de salivation et de vomissements.

Des bruits de pétards, de feu d’artifice, parfois de motos peuvent stresser un chien, jusqu’à représenter une véritable phobie. Ces troubles sont gênants à la fois pour l’animal et pour les personnes qui vivent avec lui.

L’arrivée dans un nouveau lieu de vie, une nouvelle maison, peut aussi perturber un chien.

Il existe des produits apaisants pour prévenir ces états de stress ou les calmer. Un vétérinaire saura diagnostiquer et proposer le produit adéquat.

Surpoids

Près de 40% des chiens en France sont en surpoids significatif ou obèses, et dans 97% des cas à cause de leurs propriétaires. Le surpoids est le problème de santé n°1 chez le chien. Il peut sérieusement affecter sa qualité de vie, le faire souffrir et le rendre malade, sans compter qu’il peut réduire de 2 ans son espérance de vie.

Voici une façon très simple de savoir si votre chien est en surpoids… Observez-le sous trois angles :

De côté : vous devriez voir un net repli de l’abdomen derrière la cage thoracique.

Du dessus : vous devriez voir un léger rétrécissement de son corps derrière sa cage thoracique, au niveau de la « taille » (creux des flancs).

En passant vos mains sur son corps : vous devriez pouvoir sentir légèrement ses côtes sous sa peau.