ACADÉMIE / Dossiers Icone rubrique Académie du Chien +ZEN

THÈMES


Soins

Le bien-être des chiens, et donc leur bon équilibre à la fois physique et psychique, passe par les soins de base que vous devez impérativement leur prodiguer. Il s’agit de prévention des maladies, d’alimentation, de sport, de toilettage, d’aménagement du foyer… Vous trouverez dans ces textes les informations, conseils et témoignages qui vous aideront à tout prendre en compte.

imprimer
Partager
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Soins

C'est l'automne mais ne baissez pas les bras contre les puces !

L’automne est là et les puces aussi !

 

Les puces sont les parasites externes les plus fréquents chez nos animaux domestiques et sans doute les plus envahissants. Elles peuvent provoquer des allergies et transmettre des maladies parfois graves. En outre, les humains peuvent en être aussi affectés.

Elles ne se développent pas seulement à la chaleur de l’été, il faut y faire attention toute l’année.

L’automne et l’hiver leur conviennent parfaitement grâce au chauffage de nos foyers.

 

 

La puce la plus fréquemment trouvée sur les chats et les chiens est la Ctenocephalides felis, c’est-à-dire la puce dite du chat.

La puce doit impérativement trouver un animal hôte pour se nourrir de son sang. La puce adulte se nourrit donc sur votre chien ou votre chat qui lui assure aussi la protection de ses poils et la chaleur de son corps. Dans ces conditions idéales les puces s’accouplent et le cycle infernal peut commencer !

La puce femelle peut pondre chaque jour jusqu’à 40 œufs blancs, de forme ovale, d’environ un demi-millimètre de long. Une femelle peut ainsi engendrer plus de 2500 nouvelles puces dans son existence. Une fois pondus, les œufs sèchent en deux heures environ et tombent de votre animal, dans l’environnement dans lequel il évolue.

Ces larves deviennent des nymphes puis des puces pré-adultes, protégées dans des cocons extrêmement résistants. Ce cycle de développement dure de douze jours jusqu’à plus de six mois, en fonction des conditions de température et d’humidité ambiantes et de rencontre avec un hôte.

Quand toutes les conditions sont réunies, une nouvelle génération de puces adultes affamées est prête à sauter sur votre chien ou un autre animal de passage. Et pourquoi pas sur vous ou vos enfants !

 

L’environnement : réservoirs et lieux d’échange.

La conséquence immédiate qui découle de ce cycle de développement est que 95% des puces se retrouvent dans notre environnement. Seuls 5% se trouvent sur l’animal. Alors que, naïvement, nous ne pensons en général qu’à l’en débarrasser pour lui éviter inconfort, souffrances et maladies, nous passons en réalité à coté de l’essentiel du problème. Celui de la ré-infestation.

 

Chaque lieu de vie de votre animal est potentiellement un foyer infesté d’œufs, de larves ou de nymphes en cours de développement ou en attente d’un animal de passage.

Les œufs tombent de l’animal hôte dans tous les endroits que fréquente celui-ci dans sa vie quotidienne.

Cela peut se produire dans son foyer, bien entendu, car il y passe le plus clair de son temps. Mais cela peut aussi arriver lors de ses promenades dans le quartier ou en forêt, lors de ses jeux dans le jardin, lors de ses déplacements en transports (voiture, transports collectifs…), lors de visites chez des amis ou parents…

Logiquement, votre animal, pouvant aussi fréquenter ces lieux, peut aussi « attraper » des puces dans chacun de ces endroits.

N’oubliez pas non plus que vous-même, dans vos déplacements, pouvez sans vous en rendre compte ramener chez vous des œufs ou des larves de puces, accrochés à une chaussure, un sac ou une roue de poussette.

 

Dans nos foyers, les larves et nymphes trouvent des refuges dans de très multiples endroits, de préférence sombres, chauds et légèrement humides. Par exemple dans la moquette et les tapis, entre les lattes du plancher, le long des plinthes, dans la literie, derrière les radiateurs, en bas des placards, dans le couchage de votre animal, dans la litière du chat, sur le canapé… bref, à peu près partout !

 

Vous devez aussi penser à votre voiture. Vous emmenez peut-être votre animal en vacances ou en week-end, vous le transportez chez le vétérinaire… Autant d’occasions pour lui de déposer des cocons de puces dans l’habitacle, qu’ils proviennent de votre animal ou qu’il les ait ramenés avec lui accidentellement.

 

Le jardin est évidemment un autre lieu susceptible d’abriter puces et cocons. Pensez au paillasson, à la cabane à outils, au garage, aux meubles de jardin… Pratiquement chaque lieu de passage de votre animal de compagnie peut être infesté par les parasites.

 

Rester vigilent toute l’année.

Les cocons sont extrêmement résistants, ils peuvent donc attendre de longs mois (jusqu’à 6 mois) jusqu’à trouver les conditions optimales de développement et se transformer en puce adulte. La vigilance ne doit donc pas se faire seulement aux périodes naturellement les plus propices, c'est-à-dire durant les mois chauds de l’année. Les conditions rencontrées dans nos maisons ou appartements convenablement chauffés toute l’année, conviennent bien aux puces, qui peuvent donc infester votre animal même en plein hiver. De même, votre voiture bien chauffée pour partir au ski en hiver, leur offrira des conditions parfaites pour se « réveiller » et sauter sur votre chien ou votre chat pour prendre un premier repas de sang.

 

La température et l’hygrométrie sont des facteurs clé pour le « réveil » des cocons et le passage de la puce au stade adulte. Mais il est un autre phénomène fréquent lorsque vous rentrez après des vacances, ou si vous emménagez dans un logement précédemment occupé par des propriétaires qui possédaient un chien ou un chat : vos pas sur le sol provoquent des vibrations libératrices. C’est le signal de la présence d’un animal hôte pour les jeunes puces affamées de sang, qui jaillissent du sol pour piquer votre chien, votre chat ou vous-même.

 

Prévention et hygiène

La lutte efficace contre les puces doit donc s’appuyer sur ces connaisses de leur cycle de développement, de leurs habitudes, et    de l’exposition de votre animal de compagnie.

 

La prévention est, comme souvent, la clé d’un traitement réussi. Il existe trois scénarios différents :

  • Votre animal ne suit pas de traitement antipuce et il subit une infestation de puces plus ou moins violente. Votre vétérinaire vous conseillera un produit qui tuera les puces adultes (adulticide) et les éliminera de votre animal. Il en profitera sans doute pour vous prescrire un produit polyvalent qui élimine aussi les tiques. Plus efficace encore, demandez-lui un produit qui, non seulement tue les puces et tiques adultes, mais qui, en agissant sur les œufs, interrompe le cycle de développement des larves (larvicide). Cette action contribue donc à traiter aussi l’environnement.
  • Votre animal suit un traitement anti parasites mais vous hésitez à le poursuivre toute l’année. Nous l’avons vu, les infestations peuvent se produire quelque soit la saison, quelque soit le climat. Même le réchauffement climatique si médiatisé, a des conséquences sur la vie des parasites, notamment des tiques, dont les populations et la présence géographique augmentent en France. Ne prenez pas de risques, suivez les conseils de votre vétérinaire : traitez votre animal tous les mois de l’année.
  • Vous suspectez la présence chez vous d’un foyer de puces. En plus des mesures de prévention, demandez à votre vétérinaire un produit de choc antiparasitaire traitant l’environnement, sous forme d’aérosol (fogger) ou de spray.

 

Un entretien très régulier de votre foyer est aussi indispensable : brosse et aspirateur partout où vous pouvez, en insistant dans les cachettes préférées des larves et nymphes quasiment invisibles.