ACADÉMIE / Dossiers Icone rubrique Académie du Chien +ZEN

THÈMES


Soins

Le bien-être des chiens, et donc leur bon équilibre à la fois physique et psychique, passe par les soins de base que vous devez impérativement leur prodiguer. Il s’agit de prévention des maladies, d’alimentation, de sport, de toilettage, d’aménagement du foyer… Vous trouverez dans ces textes les informations, conseils et témoignages qui vous aideront à tout prendre en compte.

PP
imprimer
Partager
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Soins

L'obésité du chien n'est pas une fatalité

A l'instar de ce qui existe chez l'homme, nos chiens peuvent aussi souffrir de surpoids, voire devenir obèses. Voici quelques réponses aux questions les plus fréquemment posés :

- Définitions

D'après l'OMS, l'obésité est une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé. Un animal obèse est un animal dont le poids dépasse d'au moins 15 % son poids idéal.

- Causes

Le surpoids du chien est la conséquence d'un excès d'énergie apportée par la nourriture, par rapport à l'énergie dépensée par l'animal.  On peut identifier différentes causes à cette prise de poids : des causes sans rapport avec l'alimentation, et bien sûr des causes liées à ce que le chien mange. - Causes non alimentaires de l'obésité : on trouve tout ce qui fait baisser les besoins énergétiques de l'animal : une baisse d'activité ou de manière générale, le manque d'exercice, la stérilisation ou l'âge (les besoins en calories diminuent quand le chien vieillit).  Attention, l'obésité peut être due à une maladie hormonale (diabète, hypothyroïdie), un trouble anxieux, ainsi qu'à certains médicaments qui peuvent favoriser l'appétit et donc la prise de poids du chien (anti-épileptiques, corticoïdes).  - Causes alimentaires de l'obésité : on trouve tout ce qui fait que le chien consomme trop de calories : la nourriture à volonté ou une alimentation non équilibrée. On n'y pense pas forcément, mais les friandises, souvent très riches en graisses ou en sucres constituent également une cause d'obésité. Un biscuit donné à un chien de 10kg vaut un hamburger pour nous ! En conclusion, l'obésité résulte d'une mauvaise alimentation ou d'un excès de celle-ci, d'une maladie, ou bien d'un manque d'exercice, chose commune en milieu urbain. En adoptant un mode de vie plus sédentaire, nos compagnons à 4 pattes ont, à leur tour, été rattrapés par l'obésité.

- La stérilisation favorise-t-elle l'obésité ?

La modification du métabolisme des males et des femelles, va augmenter l'appétit de l'animal, ainsi que le diminution de l’exercice physique vont favoriser sa prise de poids si l'on ne fixe pas les quantités d'aliments distribués, ou si l'on ne choisit pas un aliment « régime ».

De plus, à apports caloriques identiques, le développement du tissu adipeux est accru par la stérilisation, et la répartition des graisses est différente par rapports aux animaux « entiers » (« poignées » graisseuses de par et d'autres des hanches pour les chiens trop gros, ...).

- Espèces et races prédisposées à l'obésité.

Toutes les races sont concernées, mais certaines comme le Labrador (numéro un en ce qui concerne l'obésité) ou le Cavalier King Charles auront encore plus naturellement tendance à prendre du poids de par leur gourmandise. L'obésité est aussi plus visible sur les petites races (chihuahuas), ou dans les races longilignes comme les lévriers, les setters, ... Un lévrier n'est pas un bouledogue !!!

- Comment savoir si son animal est trop gros ? Critères et mesure du poids régulière ?

En réalité, il est assez simple de reconnaître l'obésité chez le chien (le plus dur étant de l'admettre). Les standards de poids de la race peuvent vous aider, mais ils ne constituent pas une règle, certains chiens étant plus grands ou plus petit que ce standard. La technique utilisée par les vétérinaires est d'observer la silhouette de l'animal puis de palper les côtes en faisant glisser les mains, sans appuyer, des 2 cotés : Si les côtes et la colonne vertébrale sont difficilement palpables et que la « taille » (creux au niveau du flanc) du chien n'est plus visible, on considère que le chien est en excès de poids, voire obèse. Vous pouvez également noter la fatigue, lors de promenades ou d'efforts que le chien effectuait sans soucis auparavant. Un autre critère est l'intolérance à la chaleur. Même avec une augmentation modérée de la température extérieure, l'animal est essoufflé et risque même un « coup de chaleur » avec œdème aigu du poumon si la chaleur s'accentue.

Votre vétérinaire peut enfin vous alerter lors d'une consultation de contrôle ou lors d'un vaccin. Les vétérinaires possèdent généralement une balance à disposition dans la salle d'attente et ce service est gratuit. N'hésitez pas à peser régulièrement votre animal et à demander conseil à votre vétérinaire.  Ce dernier peut aussi vous imprimer une courbe de poids moyenne durant sa croissance.

- Conséquence de l'obésité sur l'organisme ? Comme chez l'homme, l'obésité nuit considérablement à la santé de l'animal parce qu'elle diminue l'aisance des déplacements et altère le fonctionnement de nombreux organes réduisant son confort ainsi que son espérance de vie. Les conséquences sont nombreuses : • sur le squelette : apparition de problèmes ostéo-articulaires (ruptures de ligaments croisés, arthrose, ...) causés par le surpoids, et aggravation de ceux déjà existants. • sur le métabolisme : augmentation de la fréquence des diabètes sucrés chez les chiens obèses, difficultés de régulation thermique. • Sensibilité accrue aux infections cutanées et urinaires. • Cœur enrobé de graisse, qui doit « forcer » pour faire circuler le sang dans un organisme trop lourd. Le résultat est un animal qui présente rapidement une intolérance à l'effort. • Installation d'une insuffisance respiratoire chronique, aggravation des collapsus trachéaux chez les petits chiens, ...

- Traitement diététique de l'obésité.

Il est souvent difficile de faire perdre du poids à un chien, celui-ci arrivant souvent à faire «craquer» ses propriétaires.  Il est tout d'abord important de déterminer le poids idéal de l'animal (poids adulte avant la stérilisation, ou poids avant qu'il ne commence à grossir, poids du standard de la race...).  Le traitement diététique peut alors être mis en place, uniquement à base de croquettes car les rations sont ainsi plus faciles à déterminer. Plutôt que de restreindre la quantité de croquettes journalière donnée à l'animal, ce qui l'affamerait, il vaut mieux modifier la nature des aliments. En effet, il existe des croquettes hypocaloriques, dites « régime » et non pas « light » qui ne sont pas suffisamment allégées, dont la concentration en énergie et en lipides est diminuée, tout en couvrant l'ensemble des besoins nutritionnels du chien. Ces croquettes sont disponibles uniquement chez les vétérinaires. Ces aliments sont regroupés sous 2 catégories : Les aliments riches en fibres (peu appétants - augmentent la satiété par effet volume avec beaucoup de selles émises) et les aliments hyper protéinés (très appétants - augmentent la satiété sans augmenter le volume, d'où peu de selles émises). Les quantités quotidiennes d'aliment dépendent du poids à atteindre (et non du poids actuel) et de la marque choisie : Il existe un tableau de rationnement qu'il faut absolument suivre, sur chaque paquet de croquettes, ainsi qu'un gobelet doseur disponible chez les vétérinaires. Il ne faut pas non plus hésiter à peser la nourriture, car il est difficile d'estimer des surplus de quelques grammes, qui pourtant seront responsables de l'échec du régime. Bien évidemment, le chien ne doit plus recevoir de friandises.  Pour réussir le régime de votre chien, pensez à informer toute la famille des règles à suivre mais aussi vos voisins et amis qui vous rendent visite et surveillez régulièrement la silhouette et le poids de votre chien. Il doit maigrir tout au long de son régime (environ 1 à 2% de son poids par semaine). Astuces pour éviter d'affamer votre animal : Afin que le chien ne soit pas affamé et ne parte pas en diarrhée, il est indispensable de diminuer la ration par paliers tout en introduisant le nouvel aliment très progressivement. On pourra humidifier les croquettes, ajouter des légumes ou bien utiliser une alimentation humide (plus facile sur les petites races) selon le principe : le chien a l'impression d'en avoir plus dans la gamelle et donc dans le ventre.  De même, servir plusieurs repas dans la journée sera bénéfique : 3 à 4 repas c'est l'idéal. Attention, même s'il y a plus de repas la quantité pour la journée entière reste la même!  La dernière astuce est de ralentir la prise alimentaire de votre chien. A vous de jouer d'imagination pour le forcer à manger moins vite, un simple verre dans la gamelle peut ralentir un petit chien. Moins il mangera vite, mieux il sera rassasié à la fin de son repas. Il existe aussi pour cela des balles à croquettes et autres pipolinos disponibles chez les vétérinaires et en animalerie ! Il ne faut pas se décourager, la perte de poids peut être parfois longue mais les résultats sont souvent impressionnants si les propriétaires sont motivés et suivent strictement le régime.

- Traitement hygiénique de l'obésité.

En parallèle de cette nouvelle alimentation, la pratique quotidienne d'exercices physiques est recommandée. Cela sert à augmenter les dépenses énergétiques et éviter que le chien ne perde ses muscles au cours du régime. En général, une marche rapide de 30 minutes ou de deux fois 15 minutes par jour est conseillée, au minimum. Vous pouvez aussi l'emmener nager, surtout si votre chien souffre de douleurs articulaires.

- Et après le régime ?

Le suivi après le régime est impératif. Il est nécessaire soit de garder les mêmes croquettes mais d'augmenter très progressivement et légèrement les quantités journalières, soit de choisir un aliment un peu plus énergétique tout en conservant la même quantité.  Le suivi du poids doit être effectué tous les mois. Si votre chien ne perd pas de poids malgré un régime strict : Nous vous conseillons alors de consulter votre vétérinaire. En effet, certaines maladies peuvent limiter la perte de poids. Votre vétérinaire pourra réaliser les examens complémentaires appropriés et éventuellement vous prescrire un aliment médicalisé encore plus allégé qu'un aliment light. 

- Peut-on donner des friandises à son animal ?

Hormis pour l'éducation du chien, c'est-à-dire lorsque le maître le décide (et non l'inverse), il ne faut pas donner de friandise aux animaux. Cela évite, non seulement la prise de poids, mais aussi l'apparition de troubles digestifs (diarrhées, constipation, ...) ou dermatologiques (démangeaisons). De plus, céder en donnant de temps en temps au chien qui demande à table doit être proscrit car ce comportement renforce la mendicité. Si vous tenez absolument à lui en donner, utilisez des friandises pauvres en calories (disponibles chez les vétérinaires) ou des croquettes piochées dans sa dose journalière de nourriture. Un petit morceau de pomme peut aussi faire l’affaire.

- Comment prévenir l'obésité ?

Pensez toujours qu'il est plus simple de diminuer préventivement la ration ou de passer à une alimentation allégée, que de faire maigrir un chien obèse.  Il faut tout d'abord lui fournir une alimentation stable et adaptée que ce soit en qualité (selon son âge, sa taille, son activité) mais aussi en quantité (selon son poids et l'apport énergétique de l'aliment).  Il faut également proscrire toute friandise (hors apprentissage), et ne strictement donner aucun reste de table ni «à-cotés ». Quand on sait qu'un chiot en surpoids a plus de risque de devenir obèse à l'âge adulte et qu'un morceau de fromage pour chiot de 5 kg vaut un fromage entier pour un humain, il est préférable de commencer la prévention dès le plus jeune âge. De même, en cas de stérilisation ou lors d'une baisse d'activité physique, diminuez la ration de votre animal de 20% ou mieux, changez son alimentation pour une alimentation allégée : aliments « light » ou aliment pour animaux stérilisés. Enfin, si votre animal ne finit pas sa gamelle, alors que vous respectez les quantités indiquées sur le paquet, pas de panique. Vous avez simplement un animal qui régule très bien son alimentation !

Conclusion

L'obésité chez nos compagnons à 4 pattes n'est pas une fatalité ! Il existe une multitude de solutions. Consultez votre vétérinaire, il vous indiquera si votre animal est obèse, la démarche à suivre et quelle alimentation est la mieux adaptée à son cas. Il est toujours plus simple d'atteindre le poids idéal quand on est suivi et entouré ! Il apportera des réponses aux questions qui vous inquiètent et vous conseillera en cas de difficulté. De même il vous dira que faire quand votre animal aura atteint son poids idéal. Et n'hésitez pas à rendre visite régulièrement à votre vétérinaire pour une pesée mensuelle !