L'essentiel de l'INFORMATION Icone rubrique L'essentiel de l'Information

DERNIÈRE MINUTE

D.R.
imprimer
Partager
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Comportement

Evaluation de l'optimisme et du pessimisme chez le chien

Une étude australienne montre, de façon objective et non invasive, qu’il existe des chiens optimistes et des chiens pessimistes.

Par Valérie Duphot, La Dépêche Vétérinaire


Ses résultats ont des conséquences pour la sélection des chiens de travail et de services et pourraient améliorer nettement l’évaluation du bien-être animal.
Une étude de l’université de Sydney (Australie) montre que certains chiens sont plus pessimistes que d’autres*.

« Cette recherche, qui mesure les états émotionnels positifs et négatifs de façon objective et non invasive chez les chiens, offre aux chercheurs et aux propriétaires une perspective intéressante », explique son auteur, notre consoeur Melissa Starling (faculté de science vétérinaire).
Savoir si un chien est optimiste ou pessimiste est utile notamment pour les chiens de travail et de services et a d’importantes implications pour le bien-être animal. Les chiens ont appris à associer deux sons différents à l’obtention d’une récompense (du lait) ou à de l’eau. Lorsqu’ils savent discriminer ces sons, des sons ambigus leur sont proposés.


Davantage de chiens optimistes


Si les chiens répondent à ces sons, cela montre qu’ils attendent un événement positif ; ils sont alors considérés comme optimistes. Ils peuvent montrer l’intensité de leur optimisme selon les sons auxquels ils
répondent. Un chien très optimiste peut même répondre à des sons ressemblant davantage à ceux émis avant que de l’eau lui soit donnée.
« Nous avons identifié plus de chiens optimistes que de pessimistes mais il est trop tôt pour dire si cela est vrai dans la population canine générale », explique Melissa Starling.
Selon cette étude, un chien optimiste attend davantage d’événements positifs que négatifs. Il prend des risques pour obtenir une récompense. Si les choses ne se passent pas comme il le souhaite, il essaie à nouveau. Des revers mineurs ne le dérangent pas.


Un pessimiste est prudent


Un chien pessimiste est plus prudent et prend moins de risques. Il renonce quand les choses ne se passent pas comme il le veut parce que les revers l’affectent. Il peut ne pas être malheureux mais se contente d’un statu quo et a besoin d’encouragements pour tenter de nouvelles expériences.
Notre consoeur indique que les chiens pessimistes sont beaucoup plus stressés quand ils échouent à une tâche que les chiens optimistes. Ils évitent de la reproduire alors que les optimistes sont imperturbables et continuent.
Cette étude peut aider à sélectionner des chiens de travail mieux adaptés à leurs rôles. Un chien pessimiste qui évite les risques serait un meilleur chien-guide alors qu’un chien optimiste serait meilleur pour détecter de la drogue ou des explosifs.


Déterminer ce qui est pénible


« Ce travail remodèle entièrement la façon dont est évalué le bien-être animal. Si nous savons à quel point un animal est habituellement optimiste ou pessimiste, il est possible de suivre les évolutions de cet optimisme qui indiquent quand il est dans un état émotionnel plus positif ou négatif que d’habitude », souligne Melissa Starling.
Il pourrait être utilisé pour surveiller le bien-être dans n’importe quel environnement, pour évaluer l’efficacité
des activités d’enrichissement et déterminer ce qu’un chien trouve émotionnellement pénible. 


* Melissa J. Starling, Nicholas Branson, Denis Cody, Timothy R. Starling, Paul D. McGreevy. Canine Sense and Sensibility : Tipping Points and Response Latency Variability as an Optimism Index in a Canine Judgement Bias Assessment. PLoS ONE , 2014 ; 9 (9) : e107794 DOI: 10.1371/journal.pone.0107794.