L'essentiel de l'INFORMATION Icone rubrique L'essentiel de l'Information

DERNIÈRE MINUTE

Parole de chien
imprimer
Partager
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Comportement

Parole de Chien intervient auprès des personnes âgées

Sylvie Courtois-Brieux, psychologue dans un établissement pour personnes âgées. En 2006 elle a mis ses compétences au service de Parole de Chien. Devenue notre nouvelle présidente, elle nous dit pourquoi elle est convaincue de l’apport bénéfique du chien auprès de nos aînés.

Quel est votre rôle dans Parole de Chien ?


C'est tout d'abord un rôle d'information. Approcher des personnes fragilisées par le handicap ou le grand âge n'est pas toujours facile pour les bénévoles. Ils se rendent vite compte que la bonne volonté et le désir de venir en aide aux autres ne sont pas suffisants.

Lors de la formation, je leur décris le contexte dans lequel ils vont intervenir, le type de population qu'ils vont être amenés à rencontrer, mais aussi les maladies, les détériorations mentales dont ils vont constater les effets sur le comportement des personnes qu'ils visiteront. Ensuite, je reste à leur disposition en cas d'interrogations sur tel ou tel comportement, de coups durs, de difficultés rencontrées dans l'exercice de leur bénévolat.

Dans quelles circonstances les bénévoles font-ils appel à vous ?


Les personnes visitées peuvent tomber malades, se dégrader intellectuellement, ou disparaître brutalement. Ce sont des épreuves lourdes à porter pour les bénévoles, qui s'attachent aux résidents qu'ils visitent régulièrement avec leur chien. Ils peuvent me contacter pour exprimer leurs questionnements, leur chagrin, leur culpabilité parfois, ou me parler de situations qu’ils rencontrent et résonnent douloureusement avec leur vécu personnel. Cette démarche leur permet ensuite de poursuivre leur activité plus sereinement.


L'animal pour une personne en fin de vie, est-ce important ? Correspond-il à un besoin profond ?


"Le chien donne sans juger, il donne sans rien demander en échange" : c'est ce que j'entends le plus souvent en entretien lorsque j'aborde la question de l’animal de compagnie. Nombre de personnes âgées ont eu un ou plusieurs chiens dans leur vie. D'autres n'ont jamais pu en avoir et sont très avides de contact avec cet animal. En fin de vie, le corps est rarement sollicité pour d'autres choses que pour les soins, l'hygiène. La compréhension des choses du quotidien devient compliquée mais éprouver des émotions ou du plaisir est toujours possible ! Alors, caresser une fourrure, recevoir une « léchouille » sur la main, dialoguer avec le maître sur la vie du chien, cela devient un événement qui va éclairer la vie des personnes visitées.


Qu'est-ce que la présence de l'animal apporte aux personnes visitées ?


Tout d'abord, c’est la "vraie vie" qui arrive de l’extérieur. Le chien et son maître sont aussi des  vecteurs d'une socialisation parfois oubliée. Ils rompent la routine, l'ennui persistant. Leur présence ranime le désir de "recevoir", et même souvent d'"offrir" quelque chose (une croquette pour le chien, un chocolat pour le bénévole). C'est très positif. Chez les personnes particulièrement dégradées, on peut constater un apaisement de l'angoisse après la visite du chien.


Quel regard avez-vous après 7 ans passés au sein de Parole de Chien ?


Cela m’a confirmée dans l’idée que cette relation d'aide doit absolument être "pensée", organisée pour être positive car les bénévoles rencontrent des personnes fragiles et des situations parfois difficiles à gérer. La formation des binômes maîtres et chiens est donc essentielle pour que les rencontres avec les résidents se déroulent bien. Et je suis, encore plus qu’avant, persuadée que, dans un contexte de sinistrose et de restrictions de toutes sortes, les institutions ont besoin d’associations comme Parole de Chien pour apporter à leurs résidents un "plus" de convivialité, d'écoute, d'échange, de partage. La venue d’une personne bienveillante accompagnée d'un chien affectueux et joyeux y contribue énormément !

www.parole-de-chien.com