L'essentiel de l'INFORMATION Icone rubrique L'essentiel de l'Information

DERNIÈRE MINUTE

imprimer
Partager
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Comportement

Symptômes anodins qui peuvent signifier un trouble du comportement

Souvent des signes exprimés par votre chien ou votre chat passent inaperçu. Soyez attentif, ils peuvent vous aider à comprendre votre animal.

Décrivez aussi ces symptômes à votre vétérinaire même si vous les jugez négligeables. Ils peuvent avoir une grande importance dans la précision de son diagnostique.

 

1- Mon chien est très gentil mais il grogne de temps en temps en montrant les dents

Un chien reste un chien, même jeune. Tout signe de menace doit être interprété comme un danger potentiel pour l'avenir, même si le grognement est arrivé dans une situation bien particulière. Il n'y a pas de « circonstances atténuantes » car c'est le signe qui précède la morsure. Il faut donc en parler à son vétérinaire qui sera seul juge de l'importance à y accorder.

2- Mon chiot mordille tout le temps. Il se fait les dents ?

Non ! Le chiot prend simplement contact avec vous avec les dents, alors qu'il ne devrait pas le faire. Il doit acquérir une inhibition totale de la morsure, pour la sécurité des individus, et cela s'apprend, dès l'arrivée de l'animal à la maison, par la punition stricte de ce comportement. Il faut proscrire tout « jeu agressif » avec son animal. Le chaton lui, est un prédateur, et tout comportement de griffure ou de morsure, même dans le jeu, doit être sanctionné (prise par la peau du cou). Il faut, ici aussi, proscrire tout jeu agressif avec l'animal.

3- Mon chiot détruit tout dans l'appartement quand je le laisse seul

C'est un comportement lié à une Anxiété de Séparation, qui ne passera pas avec l'âge, bien au contraire ! Le chiot est terrorisé car il n'a pas appris à rester seul en l'absence des maîtres, et peut ravager l'appartement. Il faut donc lui apprendre le « détachement » vis-à-vis de ses propriétaires, et ne pas hésiter, si besoin est, à utiliser des médicaments anxiolytiques car il y va du bien être de l'animal ... et des maîtres !

4- Mon chiot est très turbulent

Ici encore, il s'agit d'un syndrome d'Hypersensibilité - Hyperactivité, comportement qui ne disparaît pas avec le passage à l'âge adulte. Concrètement, on aura quasiment le même chien adulte sur le plan comportemental, que chiot (en beaucoup plus gros et remuant !!!). Dès que l'on s'en aperçoit, il faut en parler au vétérinaire car des traitements sont possibles, avant que le chien ne devienne ingérable, ou tout au moins que la vie quotidienne ne soit trop difficile.

5- Mon chiot ne veut pas marcher dehors, il a peur de tout !

On parle de Syndrome de Privation, pour un chien qui n'a pas été habitué, entre l'âge de 3 semaines et de 3 mois, à l'ensemble des stimulis auxquels il sera confronté dans sa vie future (enfants, adultes, voitures, chiens, chats, trains, ....). De manière générale, le chien est détendu dans l'appartement, mais terrorisé quand il doit sortir. Cette anxiété, parfois liée à des désordres thyroïdiens, peut bien sûr se traiter, si tant est que l'on en parle à son vétérinaire.

6- Mon chien a peur des rollers et des pétards

Proche du Syndrome de Privation, le chien peut n'avoir que quelques phobies à certains bruits (aspirateur, orage, feux d'artifice, ...). Si cela devient gênant, il existe des moyens de « désensibiliser » l'animal à ces bruits.

7- Mon vieux chien devient sourd

Un des premiers signes de Dépression d'Involution (dépression du vieux chien) est la surdité. En fait, il entend mais ne réagit qu'à ce qui l'intéresse (nourriture par ex.). Au fil des mois, il va ensuite devenir indifférent à tout ce qui l'entoure, être désorienté, inverser le jour et la nuit, puis enfin désapprendre tout ce qu'il a appris (inhibition de la morsure, propreté, ...). En résumé, le chien va « perdre la tête » très progressivement. Ce n'est pas ici un vieillissement normal de l'animal, et il existe aujourd'hui plusieurs traitements de cette sénescence, voisine de la maladie d'Alzheimer chez l'homme.

Les animaux masquent donc souvent les symptômes de leur maladie, ou ne montrent que certains, peu évocateurs pour nous. C'est donc en observant avec attention son animal au quotidien, en notant les signes parfois les plus anodins et en les signalant à son vétérinaire, que l'on dépistera précocement certaines maladies physiques ou comportementales. Celles-ci seront alors d'autant plus faciles à traiter.