L'essentiel de l'INFORMATION Icone rubrique L'essentiel de l'Information

DERNIÈRE MINUTE

imprimer
Partager
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Vétérinaire

Anticipez la rentrée pour le bien-être de votre chien

Fini les journées passées à gambader dans les jardins, dans les campagnes ou en forêt ; fini les longues ballades avec les maîtres qui, grâce à un exercice physique plus important que d'habitude, avaient permis aux chiens de perdre du poids et de retrouver une ligne élancée.

Voici maintenant le retour à des « promenades syndicales » biquotidiennes, souvent de courte durée, permettant simplement de faire les besoins, sans vraiment pouvoir parler d'exercice. Il faudra souvent attendre les week-ends pour des sorties un peu plus longues, si le temps le permet !

Embonpoint, quand tu nous tiens !

Pour les maîtres comme pour les animaux, les vacances sont parfois synonymes d'excès alimentaires. Au restaurant, lors des apéritifs, ou tout simplement pour les repas quotidiens, on a tendance à être plus souple et gâter son animal plus qu'à l'accoutumée. Cela sans parler des animaux en « pension » chez les grands-parents, amis, ... Dans ce cas, les excès vont entraîner une prise de poids durant l'été, surtout si l'exercice physique est insuffisant. Ici encore, l'arrêt des friandises, associé à une restriction des apports caloriques au retour seront nécessaires pour faire retrouver à l'animal son poids d'avant les vacances. Les excès alimentaires vont aussi entraîner des troubles digestifs ou dermatologiques, qui rentreront dans l'ordre à la reprise du régime habituel. Il en va de sa santé pendant toute l'année.

 

Un maître mot : adaptez !

 

Par conséquent, il faut absolument, dès la rentrée, adapter le régime de son chien en restreignant les apports caloriques, soit en diminuant la quantité de nourriture quotidienne de 10 à 15 %, (mais le chien risque d'avoir faim et de quémander encore plus), soit en optant, ce qui est préférable, pour un aliment allégé, ce qui permettra de maintenir les quantités sans faire grossir son animal. De nombreuses marques de petfood proposent une alimentation « light », voire franchement « régime », tout en étant des aliments complets, parfaitement équilibrés, et donc utilisables sur le long terme. Mais attention, tout changement d'alimentation doit se faire sous forme de transition lente (sur plusieurs jours), au risque de voir apparaître des selles molles, voire des diarrhées.

 

Enfin, rentrer de vacances, c'est aussi « reprendre les bonnes habitudes et comportements» comme dormir hors de la chambre des maîtres, manger à heure fixe, rester seul une partie de la journée, et donc avoir moins de caresses et d'attention. C'est parfois aussi dur pour le maître que pour le chien, mais ô combien bénéfique pour l'animal.

 

Chez le chien, c'est la séparation d'avec le maître qui va être la cause anxiogène majeure, surtout s'il avait déjà du mal à rester seul avant les vacances et que l'on s'en est beaucoup occupé pour « compenser le manque de temps le reste de l'année » ! Au retour, les maîtres reprennent leurs habitudes de travail, et l'animal se retrouve brutalement tout seul en journée. Cette anxiété va se transformer alors en destructions de l'appartement (parfois très importantes), automutilations (plaies de léchage sur les carpes, ...) malpropreté (urinaire et fécale) et vocalises (gémissements, aboiements, toute la journée), signes du mal-être du chien. On parle d' « Anxiété de séparation ». Le traitement fait appel ici aussi aux anxiolytiques, mais également à la remise en place des règles de vie et au changement d'attitude ... du maître !

 

Mieux vaut prévenir que guérir !Pour prévenir cela, commencer avant le retour à faire le « Détachement », c'est-à-dire à lui apprendre à rester seul la nuit, à ne pas vous suivre partout dans la maison ou lors de vos promenades à l'extérieur, à ne pas recevoir sans cesse des caresses, ..., bref à bénéficier de moins d'attention de votre part. Le choc sera moins brutal pour lui si vous l'habituez progressivement à être séparé de vous. Ce sont des notions de base qui s'acquièrent lors de l'éducation du chiot, dès le sevrage (2 mois), mais qui peuvent être reprises par moments, notamment lors du retour de vacances pour prévenir (ou traiter) les « rechutes ». On peut traiter les troubles anxieux des chiens et des chats, quel que soit leur âge. C'est le vétérinaire qui vous prescrira les médicaments et prodiguera les conseils nécessaires, afin de résoudre ces troubles rapidement. Il ne faut donc pas hésiter à lui en parler, surtout avant que ceux-ci ne prennent de l'ampleur et ne rendent la vie avec son animal insupportable.

 

De bons réflexes de santé

Le retour de vacances sera également le moment de déparasiter son animal. Il faudra lui appliquer un antiparasitaire externe sous forme de spray ou de pipette, actif contre les puces, les tiques, mais également contre les aoûtats. Ces derniers sont des larves d'acariens (Trombicula automnalis) qui piquent nos animaux à la fin de l'été, et sont responsables de démangeaisons importantes. On les retrouve principalement au niveau des espaces interdigités et à la base des oreilles, sous forme de petits points rouges microscopiques. On pensera également à vermifuger chiens, chats et furets pour les débarrasser de vers intestinaux éventuels. Il existe aujourd'hui des vermifuges en comprimés, en pâte à faire avaler, et même en pipettes à mettre sur la nuque, ce qui est le plus pratique, et tout aussi efficace. En parler à votre vétérinaire.

 

N'oubliez pas l'hygiène !

Il faudra inspecter la peau et le poil de son animal à la recherche d'épillets. Ceux-ci sont responsables d'otites ou d'abcès interdigités entraînant des boiteries. Dans ce cas, il faut consulter un vétérinaire afin de retirer le corps étranger. On recherchera des signes de dermatose allergique (otites, conjonctivites, pyodermites, ....), mais aussi des petites plaies traumatiques (faites dans les bois ou à la campagne) ou encore des irritations liées au sel de mer (entraînant ici aussi pyodermites, conjonctivites,...). Un bain, un brossage important, une séance de toilettage, voire une consultation chez un vétérinaire seront parfois nécessaires pour soigner ces petits « bobos ».